33

Juin
Juillet
Août
2015

Des singularités de chacun à la diversité des familles ! Par Estelle Labarthe-Meyer

   Les familles, leurs histoires, leurs singularités et leur diversité, c’est le thème abordé par Marie-Cécile Distinguin-Rabot dans son livre Mille et une familles, que nous avons édité fin 2014. Pour cet échange, l’auteure est venue raconter la genèse de son œuvre.

Il y a déjà de nombreuses années, Marie-Cécile Distinguin-Rabot était interrogée par l’une de ses filles, alors en école élémentaire, en ces termes : « c’est quoi une famille normale ? ». Pour lui répondre, la maman a demandé à sa fille d’observer les familles des élèves de sa classe : monoparentales, nomades, homoparentales, recomposées, avec enfants ou parents handicapés ou pas, multiculturelles, etc. L’enfant a alors pris conscience d’une riche diversité, qu’il n’y a pas de familles dites normales mais que des familles singulières, différentes et uniques. De cette discussion est né le projet d’album. Marie-Cécile Distinguin-Rabot a alors voulu faire danser toutes ces figures singulières et ces vies (de famille) au relief étonnant, leur donner voix, visages, couleurs et chant et imprimer dans nos esprits l’évidence, déjà là, de nos différences et des diversités familiales qu’elles fabriquent. Ainsi est né le livre Mille et une familles, grande galerie de portraits de familles !

   Lors de la soirée, deux autres femmes étaient invitées (et volontaires !) pour présenter et raconter leur famille : Elodie, mère adoptive, en solo, de trois enfants en situation de handicap mental ; et Anne-Sophie, mère homosexuelle (en couple) de deux enfants, conçus avec des papas homosexuels également. Deux femmes, deux vies, des rêves hauts en couleurs, comme dans les pages du livre qu’elles ont chacune compléter par un dessin personnel représentant leur famille !

   Si la famille représente une forme de standard social, est-elle alors celle qui intègre les différences ou qui les révèle ?

Élodie a choisi d’être parent d’enfants avec handicap mental et en endossant la responsabilité de mère, elle est, de fait, devenue aussi une urbaniste des mentalités ! Construire chaque jour un quartier, autour de ses enfants, plus éveillé, plus sensibilisé, plus éduqué, plus ouvert à la différence. À la boulangerie, à la Poste, au supermarché, chez le coiffeur et bien sûr à l’école, à la force du quotidien, des mots, des regards et à coup de poings sur les « i ». Etre mère, pour Élodie, c’est aussi « architecturer », aux côtés de celles déjà bâties, une forme nouvelle, une extension ou une surélèvation de la norme, d’autres maisons pour le mot famille ! Inventer son territoire, le bâtir à sa dimension, plutôt que de devoir se serrer dans les plans et les cotes des autres.

   Anne-Sophie et sa compagne ont désiré avoir des enfants et souhaité qu’ils vivent aussi avec leurs papas. De là, est née une savante et intelligente élaboration entre désir et organisation, entre une parentalité du cœur et de l’esprit ! La nécessité de poser par écrit, dans une charte, les bases de ce qui sera une parentalité par essence partagée (une co-parentalité), est une idée qui peut paraître artificielle. Pourtant, à bien y réfléchir, il y a de l’innovation et aussi une source incroyable de clarté et de sérénité dans le fait d’être capable, avant l’arrivée d’un enfant, de s’entendre sur les éléments essentiels de son éducation future. En bref, ce qui est inventé par nécessité par certains, ne pourrait-il donc pas servir à d’autres pour interroger et renouveler leurs façons de penser et d’agir ? Ne serait-ce pas cela en quelque sorte l’innovation ?

     Ça décoiffe ? Ça questionne ? Ça met en mouvement ! D’ailleurs, ce soir-là, à Grandir d’un Monde à l’Autre, nous n’avons cessé de nous questionner ensemble, d’aller et venir, des modèles traditionnels aux exemples familiaux nouveaux, de faire dialoguer nos expériences et nos représentations.

Et ça alors, quelle surprise ! Cela voudrait dire aussi que, même en matière de la vie des familles, goûter aux différences, se confronter aux spécificités de chacun, serait, là encore, source de créativité, d’enrichissement et d’ouverture de la pensée ?
Vous voulez dire, Grandir ? D’un monde ? À l’autre ?.... !!!


 

S'inscrire à la lettre d'infos

Pour la recevoir par courriel