27

Décembre
2013
/
Janvier


Février
2014

Entretien avec Elizabeth Touzeau et Anne-Claude Bougit, enseignantes à Salengro

Grandir d'un Monde à l'Autre (GDMA) : Bonjour Elisabeth, bonjour Anne-Claude. Connaissiez-vous l’association Grandir d’un Monde à l’Autre avant de construire ce projet avec elle ?

Anne-Claude Bougit et Elisabeth Touzeau : Oui. Nous avons construit une petite initiation au film d'animation avec l'association en octobre 2012 avec le réalisateur Frédéric Philibert. Nous connaissions aussi ses publications sur les différences.

GDMA : Comment ce partenariat est-il né ?

Anne-Claude Bougit et Elisabeth Touzeau : Toute notre collaboration avec Grandir d'un Monde à l'Autre (en 2012 et cette année) est finalement le fruit du réseau. Nous avons été mis en relation par l'intermédiaire d'un parent d'élève de la CLIS qui est membre de l'association.

GDMA : Quelles sont vos motivations pour participer à ce projet ? D’un point de vue pédagogique, artistique mais également pour ce qui concerne les relations inter-élèves et au sein de l’équipe pédagogique.

Anne-Claude Bougit et Elisabeth Touzeau  : Ce type de projet et de démarches présente un intérêt évident pour les élèves. Il nous permet de bénéficier de compétences de professionnels de l'animation pour aboutir à la réalisation collective d'un film.
Il repose sur un travail en groupes hétérogènes permettant une découverte et une aide mutuelle mais également une participation en fonction des possibilités de chacun.
Enfin, une telle action offre des situations pédagogiques dans lesquelles les élèves se sentent réellement investis et qui permettent de donner sens aux apprentissages fondamentaux.

GDMA : À l'occasion de ce projet qui démarre en janvier, l'équipe pédagogique de l'école a souhaité emprunter la malle pédagogique « Tu connais le handicap ? » proposée par l'association. Comment vos collègues ont-ils exploité cet outil ? Quel est le bilan de cette démarche ?

Anne-Claude Bougit et Elisabeth Touzeau : L'équipe s'est emparé de la malle en exploitant un grand nombre des supports qui la composent particulièrement les albums et les DVD. Les lectures et les visionnages ont permis d'organiser des débats sur le thème du handicap. L'objectif était, pour les enseignants et les animateurs, de donner un espace d'expression aux élèves afin qu'ils formulent leurs interrogations face aux différences. La présence d'une CLIS (classe pour l'inclusion scolaire) dans l'école suscitant souvent des questions. 

GDMA : Le handicap est-il un sujet facilement abordé à l’école par les élèves, les adultes ?

La présence d'une CLIS dans l'école favorise les questionnements. L'emprunt de la malle a permis d'instaurer des temps pour les exprimer et pour y répondre.

GDMA : Quels seraient les autres leviers à actionner pour faciliter la création des liens entre les élèves en situation de handicap et les élèves dits valides ?

Anne-Claude Bougit et Elisabeth Touzeau : Ils sont nombreux. On peut citer les projets communs (entre les classes avec ou sans intervenants extérieurs), les sorties communes, les inclusions individuelles, les classes découvertes.
L'intérêt d'un projet comme celui que va coordonner Grandir d'un Monde à l'Autre en janvier, est de faire intervenir des personnes de l'extérieur qui, nous le constatons, contribuent à libérer la parole des enfants en abordant, d'une façon différente que la nôtre, la notion de handicap.
 

S'inscrire à la lettre d'infos

Pour la recevoir par courriel